Erewhon

Actualité

Les épisodes de la série Bienvenue à Erewhon sont mis en ligne entre décembre 2018 et juin 2019.

Mardi 22 janvier 2019 à 19h, une soirée de lancement a lieu au musée du Jeu de Paume. Une présentation du projet est suivie d'une conférence du philosophe et écrivain Bruce Bégout et d'un ciné-concert de la compositrice Méryll Ampe.

Mardi 7 mai 2019 à 19h, projection de la suite des épisodes au musée du Jeu de Paume suivie de "Erewhyna - 3 morts brutales", une performance d'Olivier Bosson.

À propos

Bienvenue à Erewhon est la libre adaptation d’une fable philosophique publiée en 1872 par l’écrivain britannique Samuel Butler. Cette satire utopique située dans la ville fictive d’Erewhon, nous propose de considérer le progrès technique et l’automatisation, comme une évolution de l’espèce « machines », comparable à l’évolution des espèces biologiques mais plus rapide. Cette hypothèse détermine les mœurs, les coutumes, tous les aspects de la vie des habitants.

Comme le récit de Butler, Bienvenue à Erewhon dresse le portrait d’une ville située dans un présent parallèle. L’automatisation a été poussée jusqu’à ses limites extrêmes. Le travail tel qu’on le connaît a disparu. Des usines produisent tout ce qui est nécessaire à la vie. Le stockage et la manutention sont externalisés dans les hangars à l’extérieur de la ville, sans humains. Des fermes cultivent et transforment les végétaux et les animaux. Des véhicules les livrent. Des logiciels optimisent le système. Les habitants sont débarrassés des tâches pénibles et s’adonnent à des occupations ludiques. Des robots-loutres prennent soin des personnes âgées et ronronnent selon un logiciel d’intelligence artificielle. D’autres robots massent les habitants ou leur préparent à manger. Des chats équipés de GPS cartographient les territoires. Des aspirateurs automatiques s’éveillent à la sensualité. Des cochons voient leur cerveau mis en réseau et augmenté.

Humains, animaux et plantes sont reliés dans un système de centres de données interconnectés qui traitent toute la matière mentale et où se conserve la mémoire de la ville. Des algorithmes sont susceptibles de redonner voix aux morts. C’est ainsi que l’esprit de Samuel Butler peut encore circuler à travers les images de la ville.

Une parenté secrète liait depuis toujours les machines et les chats. Mais, en Erewhon, les deux espèces sont entrées dans une étrange sympathie. Les humains, laissés de côté dans ce jeu, se contentent d’échanger des images de chats montés sur des aspirateurs automatiques.

Erewhon a des yeux, qui surveillent les différents aspects des processus industriels et de la vie urbaine. Pourtant, la ville n’a rien d’un panoptique. Il s’y ménage des angles morts qui constituent, pour les habitants, des plages d’inexistence.

Le grand âge, la fin de vie, à Erewhon, est une période pleine de douceurs, car un robot en forme de bébé phoque est chargé de veiller sur les patients, les dispensant d’un contact humain. Le robot concentre dans son grognement tous les êtres que l’on a aimés.

Les habitants d’Erewhon élèvent-ils encore leurs enfants ou adoptent-ils des robots qui ne crient, ni ne pleurent et apprennent peu à peu à aimer ? Le temps est-il figé au stade bouche-mamelle du capitalisme, pour l’éternité ? Les habitants vivent-ils dans des spas ? Sont-ils adeptes de l’amour inter-espèces ? Deviennent-ils semblables aux plantes ? Samuel Butler est-il réincarné dans une truie connectée au cerveau de la ville ?

Générique

Écriture, réalisation et montage

Pierre Cassou-Noguès, Stéphane Degoutin et Gwenola Wagon

Production

Lissandra Haulica, Irrévérence films

Musique originale

Méryll Ampe

Voix de Samuel Butler

Jean-Luc Vincent

Voix des Erewhoniens

Pauline Belle, Marie-Bénédicte Cazeneuve

Assistant montage

Cécile Bicler, Alice de Lima

Graphisme et développement

Raphaël Bastide et Louise Drulhe

Enregistrement voix

Joaquim Peirera

Mixage son

Joaquim Peirera

Recherches des droits

Alban Leveau-Vallier

Remerciements

Daphné Bengoa, Olivier Bosson, Cantor Bourdeaux, Frédéric Danos, Doris Erelljisé Lanzmann, Sydney Levy, Olivier Perriquet

Co-production

Dispositif pour la création multimédia, CNC - Dicréam
Jeu de Paume espace virtuel

Avec le soutien de

Artec, Agence Nationale de la Recherche
Laboratoire TEAMeD, Université Paris 8